• Sandra

Muriel Gilbert, or How Her Passion For Words Defined Her Career

Aktualisiert: Jan 8

Scrollez pour lire la version française


Some time ago I discovered a French book that I have become a complete fan of: "Un bonbon sur la langue" (a candy on the tongue) by Muriel Gilbert. After reading it, I bought the second part "Plus de bonbons sur la langues" (More candies on the tongue) as well as her books about expressions in many languages: "Que votre moustache pousse comme la broussaille" (Let your moustache grow like bushes) and "Quand le pou éternuera" (When the louse sneezes). My family will certainly tell you that I have been slightly obsessed with these books, because they made me laugh so much. I have always loved languages, if I am honest, so I was absolutely thrilled to find someone who loved them as much as I do!

Obsession or not, I decided to contact Muriel Gilbert, to learn a little more about her background, and ultimately, to inspire my readers. What a surprise when I saw her answer to my e-mail proposing a phone call for an interview! I am so excited to share this with all of you, and if you ever find yourself wondering how to find your calling or have ever pondered how on earth one becomes a professional proofreader, then you’re in for a treat.



During our conversation, Muriel (yes, just Muriel because now we're e-mail friends and we follow each other on Instagram) confirmed my impression: I was talking to a nice, funny and multi-talented woman. As a professional coach, one of the things I appreciated most, is that she makes a living out of her passions. Indeed, she mainly works as a proofreader for the French newspaper Le Monde but in addition, she is also a weekend columnist on the French radio RTL, and author with many articles and several books under her belt, and a lecturer to boot.


The common element of these different activities is Muriel's affection for words. As she explained, it's a passion that traces back to her childhood. You’ll find some funny examples in her book about her job as a proofreader "Au bonheur des fautes " (The pleasure of mistakes). To name just one, a friend of hers left some mistakes on a postcard so that Muriel could correct them in red (yes, only in red because that’s the color used in school and, as she would discover it later, also for proofreaders). She was 12 years old. Was that a sign?


Our passionate proofreader told me that she didn't find her calling until she was 42 years old and, so she thought, rather by chance. After all, who has ever heard of proofreading in the press sector at school or university? Writing and the French language have been the guiding light of her career. Having been employed in the press sector for many years before that, a sector that had been suffering for decades, Muriel had to face several economic layoffs. Each time she decided to take advantage of these difficult times to learn and evolve. This is how she got a training to become a proofreader after being fired from her position as an editorial secretary in a magazine belonging to the group “Le Monde”. Once she had completed her training, she started at the famous French newspaper “Le Monde”. That was nearly 15 years ago.


Muriel confessed that she never thought she would have the same job for so long. Despite her passion, and the fact that she still liked her job, she realized a few years ago that proofreading wasn’t fulfilling her anymore. She felt very confused and decided to keep her job and look for a side hustle, such as teaching yoga, writing or working at a radio station. The idea was to try several things, in order to figure out what she liked and what might work for her.


Muriel was courageous enough to propose a series of articles to the newspaper Le Monde, which happened to be published. Then it was a snowball effect. As is often the case when one is doing something with passion, other opportunities presented themselves, among them: writing her first book based on the articles published in Le Monde " Que votre moustache pousse comme la broussaille " (Let your mustache grow like bushes), and later: writing a book about her job as a proofreader " Au bonheur des fautes " (The Pleasure of Mistakes) and finally the column " Un bonbon sur la langue" (A candy on the tongue) broadcasted on the weekend on the French radio station RTL.


I personally find many aspects of her atypical path very interesting. Not only has Muriel managed to integrate several activities she loves into her daily life, but she has also been able to bounce back after difficult situations. I am convinced that we should all learn from her experience. So what are her recommendations for those who want to evolve or change their jobs?


Muriel describes professional accidents as tiles that you receive on your head (coming from the French expression “c’est une tuile”, literally “this is a tile” meaning something happened). The knock hurts and you have to take the time to mourn, but in the end it's an opportunity to question yourself: what do I want to do? How can I get up? How can I make it better or discover something new? "When our professional life no longer satisfies us, we should have the courage to recognize it and dare to look for solutions. ", she said.


The most important thing for Muriel is “to avoid sticking to just one goal because it's not necessarily going to work. We can exhaust ourselves scratching at a door, which might never open and become resentful. If a door doesn't open, try the next one." And sometimes, just like it happened to Muriel, it's a little digression that leads us to our goal or something unexpected and exciting.



-- Version française


Muriel Gilbert, ou le parcours d’une amoureuse des mots


Il y a quelque temps j’ai découvert un livre dont je suis devenue complètement fan : « Un bonbon sur la langue » de Muriel Gilbert. Après l’avoir dévoré j’ai acheté la suite « Encore plus de bonbons sur la langue » ainsi que ses ouvrages sur les expressions du monde « Que votre moustache pousse comme la broussaille » et « Quand le pou éternuera ». Ma famille vous dira certainement que j’étais légèrement obsédée par ces livres qui me font tant rire. C’est vrai que j’ai toujours aimé le français et les langues étrangères alors j’étais ravie de partager cette passion ! Obsession ou pas, j’ai décidé de contacter Muriel Gilbert, pour en apprendre davantage sur son parcours et inspirer mes lecteurs. Quelle ne fut pas ma surprise lorsque je lus sa réponse à mon e-mail me proposant un rendez-vous téléphonique pour l’interviewer ! Alors si vous aussi vous vous demandez comment trouver votre vocation ou peut-être même comment diable on devient correcteur, cet article est fait pour vous !

Lors de notre conversation Muriel (oui, Muriel pour les intimes parce que maintenant on est copines d’e-mail et on se suit sur Instagram) a bel et bien confirmé mon impression : j’avais au bout du fil une femme sympathique et drôle aux multiples facettes. Ce qui m’a beaucoup plu en tant que coach professionnelle, c’est qu’elle vit de ses passions. En effet, son métier principal est certes correctrice pour le journal Le Monde mais elle travaille également en tant que chroniqueuse sur RTL le week-end, est l’auteure de nombreux articles et plusieurs livres, intervient dans des écoles et est conférencière.


Le point commun de ces différentes activités est l’attachement de Muriel pour les mots. Comme elle me l’expliquait, c’est une passion qui date de l’enfance. Vous trouverez quelques exemples sympathiques dans son livre sur le métier de correcteur « Au bonheur des fautes ». Pour n’en citer qu’un, l’une de ses amies avait laissé des fautes dans le texte d’une carte postale pour que Muriel les corrige en rouge (oui, seulement en rouge comme à l’école ou chez les correcteurs, comme elle le découvrira plus tard). Muriel avait 12 ans. Était-ce un signe ?


Notre correctrice passionnée me racontait qu’elle n’a trouvé sa vocation qu’à 42 ans et, pensait-elle, plutôt par hasard. Après tout, qui a jamais entendu parler du métier de correcteur à l’école ou pendant ses études ? L’écriture et la langue française ont été le fil conducteur de sa carrière. Employée dans le secteur de la presse pendant de nombreuses années avant cela, un secteur qui se trouve être assez sinistré, Muriel Gilbert a dû faire face à plusieurs licenciements économiques. Chaque fois elle a décidé de tirer profit de ces périodes difficiles pour se former et évoluer. C’est ainsi qu’elle a suivi une formation de correctrice après avoir été licenciée de son poste de secrétaire de rédaction dans un magazine appartenant au groupe Le Monde. Une fois la formation terminée elle a été reclassée dans l’équipe de correcteurs du fameux journal au même nom. Il y a de cela près de 15 ans.


Muriel m’a avoué n’avoir jamais pensé rester si longtemps à un même poste. Malgré cette passion, il y a quelques années, elle ne se sentait plus comblée. C’était un sentiment déroutant car le métier de correcteur lui plaisait toujours énormément. Muriel a donc conservé son poste et a cherché une activité complémentaire, parmi lesquelles, enseigner le yoga, écrire ou faire de la radio. L’idée était d’essayer plusieurs choses, de voir ce qui lui plaisait et pourrait éventuellement porter ses fruits.


Dans cette démarche Muriel a fait preuve de courage en proposant des articles au journal Le Monde, articles qui d’ailleurs ont été publiés. Puis ce fut l’effet boule de neige. Comme souvent lorsque l’on exerce une activité qui nous passionne, d’autres opportunités se sont présentées, entre autres l’écriture d’un premier livre à partir des articles publiés dans Le Monde « Que votre moustache pousse comme la broussaille », plus tard l’écriture d’un livre autobiographique sur le métier de correcteur « Au bonheur des fautes » et enfin les chroniques « Un bonbon sur la langue » diffusées le week-end sur RTL.


Je trouve ce parcours atypique fascinant en bien des aspects. Non seulement Muriel a-t-elle réussi à intégrer plusieurs activités dans son quotidien mais surtout elle a su rebondir. Je suis convaincue que l’on a tous à y apprendre. Alors quelles sont ses recommandations pour ceux qui veulent évoluer ou se reconvertir ?


Muriel décrit les accidents professionnels comme des tuiles que l’on reçoit sur la tête. Le coup fait mal et il faut prendre le temps du deuil mais finalement c’est l’occasion de se remettre en question : qu’ai-je envie de faire ? Comment me relever ? Comment faire pour que ce soit mieux ou pour découvrir autre chose ? « Quand notre vie professionnelle ne nous satisfait plus, il faut avoir le courage de le reconnaitre et oser chercher des solutions. », me dit-elle lors de notre conversation.


Le plus important pour Muriel est d’« éviter de se buter sur un objectif parce que ça ne va pas forcément marcher. Alors on peut s’user les ongles à gratter à une porte que l’on ne va pas nous ouvrir et devenir amer. Si une porte ne s’ouvre pas, essayez la porte d’à côté. » Et parfois, comme cela lui est arrivé, c’est un petit détour qui nous mène à notre objectif ou à quelque chose d’autre, d’encore plus surprenant et passionnant.


--

Suivez Muriel Gilbert !

www.murielgilbert.com

Instagram : @murielgilbertpointcom Chronique RTL : Un bonbon sur la langue

Livres : Au bonheur des fautes, Un bonbon sur la langue, Encore plus de bonbons sur la langue, Vous reprendrez bien... Un bonbon sur la langue ? Que votre moustache pousse comme la broussaille et Quand le pou éternuera.


Il y a aussi son livre chouchou, qui ne parle pas de la langue française mais d’une autre de ses passions : le complexe métier sans formation qui consiste à élever un enfant. Il s’appelle « Mère calme à peu agitée – Mon fils, l’amour, les baskets et les yaourts aux fraises »


Rencontres et signatures