• Sandra

Leaving your comfort zone, with Nathalie

La version française est disponible en bas de page.


Nathalie is a French woman who, like the people she presents in her podcast Baguette ou Bretzel, has been living in Germany for several years. But today it's not the adventure as an expat I want to share but the way Nathalie took advantage of the COVID crisis. This events professional launched her own podcast, which is more and more popular within the French community in Germany. How did Nathalie let her passion guide her? Find out in this inspiring interview.


Sandra : Can you describe what you do professionally (when COVID is not in the picture)?

Nathalie : I have been working for over 4 years (including 1 year of parental leave) as a Key Account Manager in a French company that organizes professional events.


S.: You decided to create the Baguette or Bretzel Podcast. Can you tell us more about it and what made you want to start it?

N.: Since I arrived in Germany 9 years ago, I have always been curious about why and how French people move to Germany. I also realized very quickly that there were many cultural differences between these two countries, even though they are neighbors. These differences seemed even more obvious when I had my daughter 2.5 years ago.


As I work in the event industry, I was quickly put on short-time work because of the COVID. I then had more time for myself and felt the need to learn, to grow in a new project. I am a big consumer of podcasts and so the idea came up, little by little, to launch my podcast on the paths of French people living in Germany and on the cultural differences between the two countries.


S.: Your podcast is getting more and more attention and a bigger audience within the French speaking community in Germany. How do you feel about that? Do you have other similar projects?

N.: It took me a few months to get started because I didn't know if I was going to go back to work or stay unemployed and if I went back to work "normally" I wouldn't have had enough time for the podcast.


I also had to get used to the idea that launching a podcast would make me more "public" and therefore expose myself a little bit (I was not very active on social networks at that time) but also prepare myself for a possible failure. I really had no idea what it would be like.

But I worked on myself and I took this adventure as a challenge that would inevitably teach me new things, make me meet people from different backgrounds, and even more so in a period of crisis where social contact is limited. It was what I needed.


When I finally started, 8 months later, I set myself the goal of publishing episodes for at least a year to see if it would work out. Originally, I created the Instagram account to promote the podcast and then I started posting varied and complimentary content but I didn't think it the number of subscribers would grow so quickly. The Baguette or Bretzel community, a large majority of French people living in Germany, is very active on the account, frequently debating underneath the posts on different intercultural topics, but always in a kind manner. This account has become a space for sharing and I think it's great. It is on this platform that I also find most of the guests I interview and in 4 months I have made some very nice encounters.


At the end of 2021, I'll take stock. The goal is to continue to have fun and to please people.

Beyond the podcast, I have some ideas, always about French-German topics, but we'll see if I launch them. They need to mature. 😊


S.: What would you recommend to someone who would like to change jobs or devote himself/herself to his/her passion but doesn't dare to take the plunge?

N.: I never thought I would start a podcast one day.

I also worked on myself to feel legitimate and to start this new adventure, to get out of my comfort zone and to go past the fear of the imposter. It is obvious that the fear and the stakes are not the same for a "hobby" or when one makes a real turn in one's professional life but one of my favorite proverbs is "he who risks nothing has nothing" and then there is only one way to know if we like it, it is to take the plunge. It's also good to get out of your comfort zone to open up new horizons. We only have one life so we might as well make it the way we want it to be. 😊


More about Baguette ou Bretzel (in French):

On Instagram : @baguette_ou_bretzel

Listen to the podcast : https://linktr.ee/baguetteoubretzel


-- Version française


Sortir de sa zone de confort, avec Nathalie


Nathalie est une française qui, comme les personnes dont elle fait le portrait dans son podcast Baguette ou Bretzel, vit en Allemagne depuis plusieurs années. Mais aujourd'hui ce n'est pas l'aventure de l'expatriation que je souhaite partager mais la manière dont Nathalie a su rebondir pendant la crise du COVID. Cette professionnelle de l'événementiel a lancé son propre podcast dont la notoriété ne cesse de croître au sein de la communauté française d'Allemagne. Comment Nathalie s'est-elle laissée guider par sa passion ? C'est ce que vous découvrirez dans cette interview inspirante.


Sandra : Peux-tu nous décrire ce que tu fais professionnellement (lorsque le COVID ne pointe pas le bout de son nez) ?

Nathalie : Je travaille depuis plus de 4 ans (dont 1 an de congé parental) en tant que Key Account Manager dans une entreprise française qui organise des événements professionnels.


S.:Tu as décidé de créer le Podcast Baguette ou Bretzel. Peux-tu nous en dire plus sur ton podcast ainsi que ce qui t’as donné envie de te lancer ?

N.: Depuis mon arrivée en Allemagne il y a 9 ans, j’ai toujours été curieuse de savoir pourquoi et comment les Français.e.s s’expatrient en Allemagne. Je me suis aussi très vite rendue compte qu’il y avait beaucoup de différences culturelles entre ces deux pays, pourtant voisins. Ces différences m’ont parues encore plus flagrantes lorsque j’ai eu ma fille il y a 2,5 ans.


Etant donné que je travaille dans l’événementiel, j’ai rapidement été en chômage partiel à cause de la COVID. J’avais alors davantage de temps pour moi et je ressentais le besoin d’apprendre, de m’épanouir dans un nouveau projet. Je suis une grande consommatrice de podcasts et donc l’idée a germé, petit à petit, de lancer mon podcast sur les parcours de Français vivant en Allemagne et sur les différences culturelles entre les deux pays.


S.: Ton podcast est de plus en plus connu et écouté par les français vivant en Allemagne. Comment te sens-tu par rapport à ça ? As-tu d’autres projets similaires ?

N.: J’ai mis quelques mois à me lancer car je ne savais pas si j’allais reprendre le travail ou rester en chômage partiel et en retournant travailler « normalement » je n’aurais pas eu assez de temps pour le podcast.


Je devais aussi me faire à l’idée qu’en faisant un podcast, j’allais devenir « publique » et donc m’exposer un minimum (je n’étais alors pas très active sur les réseaux sociaux) et aussi me préparer à un éventuel échec. Je n’avais vraiment aucune idée de ce que ça allait donner.


Mais j’ai travaillé sur moi et j’ai pris cette aventure comme un challenge qui allait forcément m’apprendre de nouvelles choses, me faire rencontrer des personnes d’horizons différents, et d’autant plus dans une période de crise où le contact social est limité, c’était ce qu’il me fallait.


Lorsque je me suis enfin lancée, 8 mois après, je me suis donnée pour objectif de publier des épisodes pendant un an minimum pour voir si ça prenait. A l’origine, j’ai créé le compte Instagram pour faire la promotion du podcast et puis j’ai commencé à poster du contenu varié et complémentaire mais je ne pensais pas que ça prendrait et que le nombre d’abonnés augmenterait aussi vite. La communauté Baguette ou Bretzel, une grande majorité de Français vivant en Allemagne, est très active sur le compte, débat fréquemment en dessous des posts sur différents sujets interculturels, mais toujours dans la bienveillance. Ce compte est devenu un espace de partage et je trouve ça super. C’est sur cette plateforme que je trouve aussi la plupart des invités que j’interviewe et en 4 mois j’ai fait de très belles rencontres.


Fin 2021 je ferai le bilan. Le but est de continuer à prendre du plaisir et à faire plaisir.

Au-delà du podcast, j’ai quelques idées, toujours dans le franco-allemand, mais on verra si je me lance, il faut qu’elles mûrissent. 😊


S.: Qu’est-ce que tu recommanderais à quelqu’un qui aimerait changer de travail ou se consacrer à sa passion mais n’ose pas se jeter à l’eau ?

N.: Je n’aurais jamais pensé lancer un podcast un jour.

C’est un travail que j’ai aussi fait sur moi pour arriver à me sentir légitime et me lancer dans cette nouvelle aventure, sortir de ma zone de confort, la peur de l’imposteur, de l’échec… Il est évident que la peur et les enjeux ne sont pas les mêmes pour un « hobby » ou lorsqu’on opère un véritable virage dans sa vie professionnelle mais un de mes proverbes préférés est « qui ne risque/tente rien n’a rien » et puis il n’y a qu’une façon de savoir si ça nous plaît, c’est de se lancer. Ça fait du bien aussi de sortir de sa zone de confort pour ouvrir de nouveaux horizons. On n’a qu’une vie alors autant qu’elle soit à l’image de nos envies. 😊


En savoir plus :

Suivre Baguette ou Bretzel sur Instagram : @baguette_ou_bretzel

Écouter le podcast : https://linktr.ee/baguetteoubretzel