• Sandra

How Anne-Laure brought meaning into her job

Aktualisiert: Jan 8

Vous trouverez la version française en bas de page


I have known Anne-Laure for a very long time, back then when we were both students. None of us would have been able to forsee Anne-Laure's huge professional change: from IT to naturopathy, there is a long way! What was the motivation behind that change and how Anne-Laure did manage to find her vocation and reach her goal? It is time for another inspiring story!


Sandra: Can you describe your profession?

Anne-Laure: I am a naturopath and foot reflexologist.

Naturopathy is a holistic approach of health that aims to regulate or prevent imbalances by finding the cause of the disorder rather than eradicating symptoms. Concretely, I help people who want to take control of their health again so they better understand themselves, discover the unique character of their body and inherent wisdom to heal itself and know how to manage it. After a long evaluation, I draw up a vitality assessment that allows me to offer a healthy lifestyle and an adapted diet, but also to advise, if necessary, field regulators (such as essential oils, Bach flowers or plants).


Foot reflexology is an ancestral technique that aims to regulate major functions of the body by pressing reflex zones on the feet. This is a great moment of relaxation for my patients, with rapid effects on top of that. For me, it is a naturopathic tool that relieves, relaxes, stimulates and/or detoxifies.


I also offer conferences and workshops in companies about topics such as stress management, healthy eating and immunity and work as a trainer in a school of animal osteopathy where I am in charge of health education for practitioners.


Finally, I am a co-organizer of the Apéro Dispensaire in Marseille, a festive evening to promote alternative medicines during which we offer workshops and treatments.


S.: What did you do before that and how did you get the idea to change?

A.L.: After a degree in computer engineering in Marseille I went to Paris to work in the stock market industry as a project manager. I was then employed by a large group where I collaborated with international teams. Finally I managed a development team in India several years.


The environment in which I spent the first years of my career was certainly very stressful with a lot of stakes but also very stimulating. I liked my job even though I didn't really find it meaningful and I didn't understand the pressure it required.


When I had my daughter, this search for meaning was obvious. First of all, I wanted to see my daughter grow up, which would have been more difficult working as a project manager in the finance industry. Furthermore, the world I wanted to build for her was not the world I was working in. So I decided to stop everything and began this quest for meaning, the environment, healthy and organic food as well as zero waste being the first step. One evening, I stumbled upon a documentary that talked about naturopathy (Naturopathy, an art of living in French) and it was a revelation: this profession would be mine!


S.: What criteria played a role in this change? How long did the transition last?

A.L.: A few months later, when my son was 4 months old, I applied to the Aesculape Naturopathy School, which offers a 3-year training programm with 4 days per month in school. This way I could take care of my children while studying and following my training.

It was intense and sometimes really difficult but I discovered incredible things at each seminar and I loved it. It was a real transformation both personally and professionally.

This training was not just theoretical. It taught me the "Doing" (theory), the "Know-How" (practice) but also the "Soft Skills", which are a must have as a therapist. I had to question all my beliefs and values, to do a huge amount of work on myself and to assert myself. I then allowed myself to be who I really was without a mask or a filter.


S.: How did you manage the financial aspect during the transition period?

A.L.: I was lucky enough that my husband was working and while we had to tighten our belts a little we were able to finance the training and the transition time with his salary.


S.: What would you recommend to someone who would like to change something their career or job but is afraid to take the plunge?

A.L.: I did my training with people of all ages, all family situations and all kind of jobs who were courageous enough to start over. I think that there is never an ideal time to take the plunge. In my opinion, you can't wait to be financially comfortable, to be married, to have children, no matter if the children are living at home or not. You just have to ask yourself: Do I believe in it? And does this change bring more meaning into my life? Believing in yourself and in what you are about to start makes it a lot easier, especially while searching for meaning.


Discover more about Anne-Laure!

www.annelaurepotier.fr

Consultations à Marseille: https://alittle-family.fr/

Instagram: annelaure_potier_naturopathe

Facebook: annelaure.gualtieri

L'Apéro Dispensaire: www.le-dispensaire.com

Version française


Comment Anne-Laure a-t-elle apporté du sens dans son travail ?


Je connais Anne-Laure depuis très longtemps, à l'époque où nous étions toutes deux étudiantes. À l'époque aucune de nous n'aurait pu prédire le changement de carrière d'Anne-Laure : passer de l'informatique à la naturopathie, quel chemin parcouru ! Quelle fut sa motivation et comment Anne-Laure a-t-elle trouvé sa vocation et atteint son objectif ? C'est ce que vous allez découvrir au fil de cette histoire inspirante !


Sandra: Peux-tu nous décrire ce que tu fais aujourd'hui professionnellement ?

Anne-Laure: Je suis naturopathe et réflexologue plantaire.

La naturopathie est une approche globale de la santé qui permet de réguler ou prévenir des déséquilibres en allant chercher la cause des troubles plutôt qu’en éradiquant des symptômes. Concrètement, j’accompagne des personnes qui souhaitent prendre en main leur santé afin qu’elles se connaissent mieux, qu’elles connaissent leur terrain et qu’elles sachent comment le gérer au mieux.


Après une évaluation assez longue, j’établis un bilan de vitalité qui me permet de proposer une hygiène de vie et une alimentation adaptée ainsi que de conseiller, si besoin, des régulateurs de terrain (comme par exemple des huiles essentielles, des fleurs de Bach ou des plantes).


La réflexologie plantaire est une technique ancestrale qui permet de réguler des grandes fonctions de l’organisme par pression de zones réflexes sur les pieds. Pour la personne qui vient faire une séance, c’est un grand moment de détente avec des effets rapides. Pour moi, c’est un outil naturopathique qui soulage, détend, stimule et/ou détoxifie.


De plus, j’interviens en entreprise où je propose des conférences et ateliers pour les salariés sur des thématiques comme la gestion du stress, l’alimentation santé, l’immunité. Et je suis également formatrice dans une école d’ostéopathie animale où je suis en charge de l’éducation à la santé des praticiens.


Enfin, je suis co-organisatrice de l’Apéro Dispensaire qui propose des ateliers et soins lors de soirées festives pour faire connaître les médecines alternatives à tous.


S.: Qu'as-tu fait avant cela et comment as-tu eu l'idée de changer ?

A.L.: Après un diplôme d’Ingénieur en informatique à Marseille je suis partie à Paris travailler dans la maîtrise d’ouvrage dans le milieu boursier. J’ai ensuite été employée par un grand groupe où j’ai collaboré avec des équipes internationales. Enfin j’ai dirigé pendant plusieurs années une équipe de développeurs en Inde.


Le milieu dans lequel j’ai passé les premières années de ma carrière était certes très stressant avec beaucoup d’enjeux mais également très stimulant. J’aimais mon métier même si je ne lui trouvais pas vraiment de sens et je ne comprenais pas la pression qu’il nécessitait.

Lorsque j’ai eu ma fille, cette recherche de sens a été une évidence. Tout d’abord, je voulais voir ma fille grandir, ce qui aurait été difficile en tant que chef de projet dans la finance. De plus, le monde que je voulais construire pour elle n’était pas celui dans lequel je travaillais. J’ai donc décidé de tout arrêter et j’ai commencé cette quête de sens en m’intéressant notamment à l’environnement, à l’alimentation santé et biologique ainsi qu'au zéro déchet. Un soir, je suis tombée par hasard sur un documentaire qui parlait de naturopathie (Naturopathie, un art de vivre) et ce fut comme une évidence… Ce métier serait le mien !


S.: Quels critères ont joué un rôle lors de ce changement ? Combien de temps la transition a-t-elle duré ?

A.L.: Quelques mois plus tard, alors que mon fils avait 4 mois, je présentais ma candidature à l’école de naturopathie Aesculape qui propose un cursus en 3 ans avec 4 jours de formation par mois. Cela m’a permis de m’occuper de mes enfants tout en étudiant et en suivant ma formation.


Ce fut intense et parfois vraiment difficile mais je découvrais des choses incroyables à chaque séminaire et j’adorais ça. Ce fut une réelle transformation tant personnelle que professionnelle.


Cette formation n’était pas simplement une formation théorique. Elle m’a appris le « Faire » (la théorie donc), le « Savoir-Faire » (la pratique) mais aussi le « Savoir- Être », qui est incontournable quand on devient thérapeute. Cela m’a permis de remettre en question toutes mes croyances, mes valeurs, de faire un travail énorme sur moi et de m’affirmer. Je me suis ensuite autorisée à être qui j’étais vraiment sans masque ni filtre.


S.: Comment as-tu gérer l'aspect financier lors de la période de transition ?

A.L.: J’ai la chance d’avoir un mari qui travaille alors en se serrant un peu la ceinture nous avons pu financer la formation grâce à son salaire.


S.: Qu'est-ce que tu recommanderais à quelqu'un qui aimerait changer de travail ou se réorienter mais n'ose pas se jeter à l'eau ?

A..L: J’ai fait ma formation avec des personnes de tous âges, toutes situations familiales et tous métiers qui se reconvertissaient avec beaucoup de courage. Je pense qu’il n’y a jamais de moment idéal pour se lancer. Selon moi, il ne faut pas attendre d’être confortable financièrement, d’être marié, d’avoir des enfants, que les enfants soient partis ou autre. Il faut juste se demander : Est-ce que j’y crois ? Et est-ce que cette reconversion donne plus de sens à ma vie ? Lorsqu’on a foi en soi et en ce qu’on entreprend, tout est plus simple, surtout lors d’une quête de sens. ­­


Découvrez l'activité d'Anne-Laure!

www.annelaurepotier.fr

Consultations à Marseille: https://alittle-family.fr/

Instagram: annelaure_potier_naturopathe

Facebook: annelaure.gualtieri

L'Apéro Dispensaire: www.le-dispensaire.com